Information légale

Nous rendons votre site conforme

Tout site Web devient accessible pour tout handicap

Nous rendons les sites Web utilisables et expérimentables pour tous, indépendamment de leur handicap, trouble, maladie ou blessure.
  • Cécité
  • Déficience motrice
  • Déficience cognitive
  • Daltonisme
  • Épilepsie
  • Vision floue
  • Âge
  • & plus
Notre solution est durable et continue de fonctionner après les mises à jour et les améliorations.
Pertinence des WCAG pour votre entreprise

Informations sur les WCAG 2.1

WCAG signifie Web Content Accessibility Guidelines et comprend des directives pour l’accessibilité du contenu sur Internet. Les WCAG ont façonné la norme de la législation sur l’accessibilité au contenu Internet dans la plupart des pays du monde.

WCAG a été créé par le World Wide Web Consortium, connu sous le nom de W3C, pour traiter l’aspect accessibilité des pages Web. Le W3C a été fondé en octobre 1994 au Laboratoire d’informatique du MIT (MIT/LCS). Les membres fondateurs comprennent plusieurs scientifiques de haut niveau et, à la fin de 2019, l’organisation comptait plus de 440 membres, dont des dirigeants d’entreprises, d’organisations à but non lucratif, d’universités et de diverses agences gouvernementales.

À l’origine, le W3C s’est concentré sur la normalisation des protocoles Web afin que les sites Web et les outils Web soient compatibles les uns avec les autres. Chaque norme du W3C est revue, testée et analysée plusieurs fois avant d’être approuvée par ses membres.

L’accessibilité du Web a été l’un des premiers problèmes abordés par le W3C. La première version des WCAG a été publiée en 1999. En 2018, une révision a eu lieu, aboutissant à la directive WCAG 2.1 que nous connaissons aujourd’hui.

Principes des WCAG

Le WCAG complet est incroyablement long et complexe et comprend de nombreux points et exigences différents pour l’opérateur d’un site Web. Cependant, le principe de base de tous les points élaborés repose sur 4 principes essentiels : perceptible, utilisable, compréhensible et robuste.
Voici les détails:

01

Wahrnehmbar

Wahrnehmbar bezieht sich auf die Art und Weise, wie Benutzer Inhalte online über ihre Seh-, Hör- und Tastsinne wahrnehmen. Das betrifft Aspekte wie Alternativtexte für Bilder, die Möglichkeit, Texte in den Bereichen Kontrast, Farbe, Textgröße und -abstand, Schriftart und ähnliche Faktoren, die die Lesbarkeit erleichtern, anpassen zu können.

02

Bedienbar

Unter Bedienbarkeit versteht man die Art und Weise, wie jemand die Webseite nutzen kann. Sie ist besonders relevant für Menschen mit motorischen Behinderungen, schwachen Muskeln, verletzten Gliedmaßen, Sehstörungen usw. Eine bedienbare Webseite muss vollständig über die Tastatur, eine sichtunterstützende Navigation und andere Alternativen zu einer Maus navigierbar sein.

03

Verständlich

Verständliche Seiten sind für jeden begreiflich. Sie verzichten auf Fachbegriffe oder verschachtelte Sätze und beinhalten keine komplizierten Anweisungen.

04

Robust

Zu den wesentliche Faktoren einer robuste Seite gehört, dass diese einen sauberen HTML- und CSS-Code beinhaltet, der anerkannten Standards entspricht und dadurch Kompatibilität zu den Hilfsmitteln von Menschen mit Behinderungen gewährleistet.

Les lignes directrices comme norme pour les lois

Lois sur l’accessibilité

Les WCAG ne sont pas une loi, mais de nombreux gouvernements ont adopté les lignes directrices comme norme pour leurs lois sur l’accessibilité. Voici un bref aperçu des lois sur l’accessibilité dans l’Union européenne :

En 2010, les responsables de l’UE ont adopté le WCAG 2.0 niveau AA comme obligatoire pour tous les sites officiels de l’UE et l’ont étendu à toutes les plateformes Web du secteur public. En 2018, les critères WCAG 2.1 ont été intégrés. L’UE a également adopté les WCAG comme norme pour la nouvelle loi européenne sur l’accessibilité (EAA), qui entrera en vigueur en 2025 pour compléter les règles actuelles.

Ignorer les WCAG comporte des risques juridiques, car il s’agit de l’épine dorsale de la législation sur l’accessibilité dans la plupart des pays du monde et est considéré comme l’ensemble de normes d’accessibilité le plus fiable et le plus efficace au monde.

Qui la loi affecte-t-elle ?

Selon le BGG, tous les organismes publics fédéraux sont tenus de rendre accessibles les domaines suivants dans le domaine numérique :

Les sites Web (y compris les intranets et les extranets), les applications et les processus administratifs électroniques (cf. § 12a (1) BGG).

L’obligation de conception accessible s’applique également aux autres contenus intégrés aux sites Web tels que les fichiers PDF, les vidéos et les graphiques.

La portée globale de la conception sans obstacle est basée sur les normes techniques possibles. Pour les autorités fédérales, celles-ci résultent de l’Ordonnance sur les technologies de l’information sans barrières 2.0 (BITV 2.0). Le BITV 2.0 mis à jour fait référence aux normes harmonisées publiées au Journal officiel de l’Union européenne. Il s’agit actuellement de la norme EN 301 549 V.2.1.2 (2018-08), qui à son tour fait référence aux WCAG. L’exigence de rendre les sites Web accessibles selon « l’état de l’art » signifie que ce qui est techniquement possible doit être fait. L’état de l’art est susceptible d’être, par exemple, la norme ISO 14289-1:2012-07 pour la conception accessible de fichiers PDF (norme PDF/UA), bien que cette norme ne fasse pas partie de la norme EN 301 549 V.2.1. 2 (2018-08).

De plus, une déclaration d’accessibilité doit être intégrée à la présence sur le Web. Cela doit indiquer quelles parties ou contenus du site Web ou de l’application n’ont pas (encore) été conçus pour être entièrement accessibles et pourquoi. Si disponible, une référence aux alternatives de contenu accessible doit être fournie. La déclaration doit être accessible à partir de la page d’accueil et de toutes les pages d’un site Web. Pour les applications mobiles, la publication à l’endroit où l’application peut être téléchargée ou sur le site Internet de l’organisme public concerné suffit.

Sur le site Web ou dans l’application, la possibilité doit être donnée de fournir des commentaires pour signaler (en particulier) les obstacles existants à l’exploitant du site Web. Ce dernier doit répondre aux commentaires dans un délai d’un mois. Le mécanisme de rétroaction doit être intégré dans le site Web/l’application en plus de la déclaration d’accessibilité. Pour les sites Web, le mécanisme de rétroaction – ainsi que la déclaration d’accessibilité – devrait être accessible à partir de chaque page d’un site Web ; pour les applications, l’intégration dans la navigation est suffisante.

Étant donné que la possibilité de fournir un retour d’information est un processus interactif, un niveau d’accessibilité plus élevé doit être atteint pour celui-ci (cf. § 3 (4)). Cela doit correspondre au niveau AAA des directives pour l’accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.1. Contexte : La norme EN 301 549 V2.1.2 (2018-08), qui est actuellement prescrite pour la conception accessible, fait référence aux critères de succès du niveau AA des WCAG 2.1 pour la conception accessible du Web, mais ne répertorie que les critères de réussite du niveau AAA en annexe à titre informatif, c’est-à-dire non contraignant.

Qui la loi affecte-t-elle au-delà des municipalités ?

La directive européenne a considérablement élargi le cercle des organismes publics obligés par rapport à la loi sur l’égalité des personnes handicapées (BGG) qui s’appliquait auparavant. En vertu de la directive de l’UE, tous les organismes tenus de se conformer aux règles de l’UE en matière de marchés publics sont également tenus de rendre les sites Web et les applications mobiles accessibles. Pour les organismes publics fédéraux, le législateur fédéral a mis cela en œuvre à l’article 12, phrase 1, numéros 2 et 3 BGG.

Les porteurs de projets et autres bénéficiaires de subventions sont donc tenus de garantir l’accessibilité numérique s’ils relèvent de l’article 12, phrase 1, chiffres 2 ou 3 BGG. L’une des exigences qui y sont énumérées est un financement de plus de 50 % par le gouvernement fédéral (cf. section 12, phrase 1, chiffres 2 et 3, chaque lettre a)). Les subventions – qu’elles soient institutionnelles ou liées à des projets – constituent un financement du gouvernement fédéral.

Accessibilité des produits et services numériques

Informations sur EAA/EN301549​

L’Acte européen sur l’accessibilité (EAA) est un règlement adopté par l’UE en avril 2019 qui rend obligatoire l’accessibilité des produits et services numériques.

EN 301549 est un document créé par l’Institut européen des normes de télécommunications (ETSI). La norme EN 301549 définit les normes officielles d’accessibilité du Web.

Quand l’EAA et la norme EN 301549 sont-elles entrées en vigueur ?

La réglementation de l’accessibilité du Web a été un long processus qui a débuté dans les années 2000. Depuis lors, les autorités de l’UE tiennent compte des besoins des citoyens handicapés dans leurs décisions politiques.

Les étapes importantes sur la voie de l’accessibilité du Web ont été les suivantes :

En 2006, il y a eu la déclaration de Riga, qui a fixé l’accessibilité complète du Web comme objectif pour les années à venir.

En 2010, la stratégie européenne en faveur des personnes handicapées a été adoptée pour harmoniser les exigences d’accessibilité des espaces de vie pour les citoyens handicapés dans tous les États membres de l’UE.

En 2015, la première version de la norme EN 301549 a été publiée par l’ETSI, dans ce document les normes d’accessibilité pour le secteur privé ont été définies.

En 2016, la directive sur l’accessibilité du Web obligeait tous les services publics à rendre leurs sites Web et les applications mobiles associées accessibles aux utilisateurs handicapés.

La dernière version de la norme EN 301549 a été publiée en 2018 sur la base des directives pour l’accessibilité des contenus Web (WCAG) du World Wide Web Consortium (W3C). Ces normes d’accessibilité définies sont devenues loi lorsque l’EAA a été adoptée en 2019.

L’EAA donne aux entités privées cinq ans pour se conformer aux exigences d’accessibilité. Ces cinq années se terminent le 28 juin 2025.

Quelles sont les exigences de l’EAA ?

L’EAA ne définit pas de normes d’accessibilité ou d’exigences de conformité spécifiques à chaque État, mais, comme d’habitude, laisse la rédaction détaillée à chaque État membre. Cependant, l’EAA définit des exigences d’utilisabilité qui s’alignent sur WCAG 2.1. comme aucune page Web ou service numérique ne peut être limité à un seul mode d’interaction. Par exemple, le contenu audio doit également être accessible via des sous-titres et le texte écrit doit également être accessible via un lecteur d’écran.

Qui doit se conformer à l’EAA?

L’EAA n’est pas conçue comme une loi générale qui touche tout le monde. Par exemple, les produits et services couverts par la nouvelle loi comprennent :

Ordinateurs et systèmes d’exploitation
Services téléphoniques et équipements connexes
Services de médias audiovisuels, tels que la télédiffusion et les équipements grand public connexes
Services liés au transport aérien, par autobus, ferroviaire et autres transports de passagers
Services bancaires
livres électroniques
commerce électronique

Bien que la réglementation visait à l’origine des groupes publics et gouvernementaux, elle affecte également indirectement les entreprises privées. Les entreprises qui fournissent des services aux entités gouvernementales en Europe doivent s’assurer que leurs normes d’accessibilité répondent aux exigences de la loi. L’EAA exige en outre que tous les services en ligne fournis par les entreprises soient accessibles aux personnes handicapées.

La directive de l’UE définit des périodes de transition et des exigences supplémentaires : en conséquence, les sites Web nouvellement lancés devaient être proposés sans obstacle d’ici septembre 2019, tandis que les sites existants devaient être accessibles d’ici septembre 2020. Les applications mobiles ont un délai prolongé jusqu’en juin 2021. De plus, l’opérateur de l’offre Web doit publier une déclaration d’accessibilité et offrir une option de rétroaction aux utilisateurs.

Loi sur l’égalité pour les personnes handicapées

Législation allemande

Pour l’Allemagne, les exigences relatives à la mise en place de sites Web sans barrières sont énoncées dans la loi sur l’égalité des personnes handicapées et l’ordonnance sur les technologies de l’information sans barrières.

Les autorités de l’administration fédérale sont tenues par la loi sur l’égalité des personnes handicapées (BGG) de rendre leurs sites Web accessibles. Avec la modification du BGG en 2016, des réglementations pour un intranet accessible ont été ajoutées. En juillet 2018, il a été adapté en vue de la directive européenne 2102. Les changements importants suivants sont entrés en vigueur :

Champ d’application étendu aux collectivités publiques fédérales (article 12 BGG)

Suppression de la vague mise en œuvre « étape par étape » – les exigences s’appliquent désormais directement
Règlement sur l’accessibilité des processus administratifs assistés par voie électronique à partir de 2021
Règlement d’exemption en cas de charge disproportionnée
Obligation de préparer une déclaration d’accessibilité avec mécanisme de retour d’information
Création d’un organe fédéral de surveillance de l’accessibilité des technologies de l’information sous la forme d’un service séparé et indépendant de l’assurance pension allemande Knappschaft-Bahn-See (§ 13 BGG)
La procédure d’exécution sera confiée à un organe d’arbitrage, depuis 2016, il s’agit du Commissaire du gouvernement fédéral aux intérêts des personnes handicapées.

Les exigences applicables sont définies dans l’ordonnance sur les technologies de l’information sans barrières (BITV). BITV 2.0 est basé sur les exigences de la norme EN 301 549, qui fait référence aux WCAG.

Lois des États sur les technologies de l’information accessibles conformément à la directive européenne 2102

Pour les organismes publics des États fédéraux et des municipalités, l’accessibilité du Web est réglementée par les lois de l’État et les ordonnances spécifiques à l’État :

  • Bade-Wurtemberg : Landes-Behindertengleichstellungsgesetz – L-BGG und L-BGG-Durchführungsverordnung, Überwachungsstelle für mediale Barrierefreiheit Baden-Württemberg bei der Deutschen Rentenversicherung Baden-Württemberg
  • Bayern : Bayerisches Behindertengleichstellungsgesetz – BayBGG et Bayerische Barrierefreie Informationstechnik-Verordnung – BayBITV, Überwachungsstelle beim Landesamt für Digitalisierung, Breitband und Vermessung
  • Berlin : Barrierefreie-IKT-Gesetz Berlin – BIKTG Bln, Überwachungsstelle bei der Senatsverwaltung für Inneres und Sport
  • Brandebourg : Brandenburgisches Behindertengleichstellungsgesetz – BbgBGG, Brandenburgische Barrierefreie Informationstechnik-Verordnung – BbgBITV, Überwachungsstelle beim Landesamt für Soziales und Versorgung
  • Brême : Bremisches Behindertengleichstellungsgesetz – BremBGG, Überwachungsstelle ist die Zentralstelle für barrierefreie Informationstechnik
  • Hambourg : Hamburgisches Gesetz zur Gleichstellung behinderter Menschen – HmbGGbM, Hamburgische Barrierefreie Informationstechnik-Verordnung – HmbBITVO, Überwachungsstelle beim Amt für IT und Digitalisierung (ITD) der Senatskanzlei
  • Hesse : Hessisches Behinderten-Gleichstellungsgesetz – HessBGG, Hessische Verordnung über barrierefreie Informationstechnik – BITV HE 2019, Überwachungsstelle für barrierefreie IT beim Regierungspräsidium Gießen
  • Mecklenburg-Vorpommern : Landesbehindertengleichstellungsgesetz – LBGG MV, Barrierefreie Websites-Verordnung Mecklenburg-Vorpommern – BWebVO MV, Überwachungsstelle Ministerium für Soziales, Integration und Gleichstellung
  • Niedersachsen : Niedersächsisches Behindertengleichstellungsgesetz -NBGG, Überwachungsstelle im Ministerium für Soziales, Gesundheit und Gleichstellung
  • Nordrhein-Westfalen : Behindertengleichstellungsgesetz Nordrhein-Westfalen – BGG NRW und Barrierefreie-Informationstechnik-Verordnung Nordrhein-Westfalen – BITVNRW, Überwachungsstelle beim Ministerium für Arbeit, Gesundheit und Soziales des Landes Nordrhein-Westfalen
  • Rheinland-Pfalz : Landesgesetz zur Gleichstellung behinderter Menschen – LGGBehM, Barrierefreie-Informationstechnik-Verordnung Rheinland-Pfalz – BITV RP
  • Sarre : Saarländisches Behindertengleichstellungsgesetz – SBGG, Saarländische Behindertengleichstellungsverordnung – SBGVO
  • Sachsen : Sächsisches Inklusionsgesetz und Barrierefreie-Websites-Gesetz, Überwachungsstelle beim Deutschen Zentrum für barrierefreies Lesen (dzb lesen)
  • Sachsen-Anhalt : Behindertengleichstellungsgesetz Sachsen-Anhalt – BGG LSA, Landesfachstelle für Barrierefreiheit bei der Unfallkasse Sachsen-Anhalt
  • Schleswig-Holstein : Gesetz zur Gleichstellung von Menschen mit Behinderung in Schleswig-Holstein (Landesbehindertengleichstellungsgesetz – LBGG), Landesverordnung über den barrierefreien Zugang zu Websites und mobilen Anwendungen öffentlicher Stellen – BFWebV SH
  • Thüringen : Thüringer Gesetz über den barrierefreien Zugang zu den Websites und mobilen Anwendungen öffentlicher Stellen – ThürBarrWebG, Zentrale Überwachungsstelle digitale Barrierefreiheit beim Thüringer Finanzministerium

DIGIaccess répond aux exigences